Alors qu’il passait son grand oral devant les Maires de France pendant la campagne présidentielle, François Asselineau mettait en garde sur la coupe budgétaire qu’allait leur imposer l’Union Européenne après les élections.

3 mois plus tard, Macron lui donne raison en trahissant sa promesse faite aux Maires. Il suffisait pourtant seulement de lire les fameuses GOPE, tout y es planifié.