Encore une excellente analyse de Charles Gave.